Scroll to top

Top

Geen reacties

Radar: Avions et bateaux en direct et en réalité augmentée

Gepost op 13/10/2015
Radar: Avions et bateaux en direct et en réalité augmentée

Vous connaissez sans doute de nombreux sites de suivi en temps réel de la circulation (comme cette carte pour l’agglomération de Bruxelles). Vous savez donc que, couplées à la boussole et à l’antenne GPS de votre smartphone, ces données peuvent se révéler encore plus précises et interactives. Mais comment choisir la bonne application de radar pour le bon moyen de transport? J’ai comparé à l’usage plus de 6 applications.

Le meilleur de l’aéronautique

Vous voulez suivre le vol de vos proches, de vos clients, simuler la vue actuelle depuis le hublot d’un avion de votre choix ou juste identifier la destination de celui qui passe au-dessus de votre tête ? Flightradar24, entreprise florissante basée à Stockholm, vous offre tout cela et bien plus. Et d’autres applis la rejoignent.

Flightradar24 Europe

Le leader du marché

1ère application de voyage dans plus de 140 pays, l’application (dérivée du site web : 1.000.000 d’utilisateurs quotidien) doit son succès à son très large réseau (en constante expansion) de plus de 6.000 récepteurs au sol qui transmettent en temps réel (icônes jaunes) les données de transpondeurs ADS-B équipant environ 60% des appareils de transport de passagers. Pour l’espace aérien des États-Unis et du Canada, l’app utilise le flux en différé de quelques minutes (icônes oranges) mis à disposition par l’US Federal Aviation Administration (FAA). Le site vous offre plus de détails techniques si vous aimez le jargon aéronautique.

Une couverture partielle des vols et zones géographiques

Concrètement, Flightradar24 détecte entre autres la position en temps réel (ou passée : jusqu’à 7 jours en freemium et 30 jours en premium) de tous les Airbus et d’une partie des Boeing et l’affiche sur l’écran de votre smartphone (iOS, Android et Windows Phone) et de votre ordinateur (PC et Mac).

Les hélicoptères, les jets d’affaires, les avions militaires et Air Force One sont exclus de la liste, pour des raisons de génération des véhicules ou de sécurité. Conséquent, mais inégal au regard des normes de radars utilisés dans le monde (ce qui explique que le ciel de l’Afrique, par exemple, semble inoccupé).

Des options très avancées

Rassurez-vous, votre écran restera surchargé de données : Face à cette constellation d’avions, difficile de s’y retrouver. J’apprécie donc beaucoup le module de recherche par numéro de vol, aéroport ou compagnie aérienne et les nombreux filtres disponibles permettant d’alléger l’affichage. La création de signets est facile. Les données à disposition sont exhaustives : itinéraire, heure d’arrivée prévue, heure de départ réelle, type d’appareil, vitesse, altitude et photo haute résolution.

Une app concurrente dédiée à la réalité augmentée

Pinkfroot limited vient réclamer sa part des utilisateurs de smartphones avec une série d’applications similaires dont Plane Finder (pour iPhone) et Plane Finder HD (pour iPad), qui disposent d’une base de données moins large mais à la croissance rapide (aussi ADS-B, MLAT et FAA) afin de rattraper son retard.

Le design est plat, minimaliste et épuré, ce qui est très agréable à l’utilisation. Je trouve la fiche d’info des vols plus lisible et l’option de tableau d’arrivées des aéroport est offerte par défaut (contrairement à sa disponibilité via un achat in-app chez Flightradar24). En revanche, l’app met moins l’accent sur le temps réel que sa grande sœur : pas d’animation de l’altitude, de la position ou d’alerte de début de phase d’atterrissage, par exemple). On peut aussi recherche les avions via la caméra (réalité augmentée), dans l’app Plane Finder ou, si c’est la seule option qui vous intéresse, via l’app standalone Plane Finder AR (iOS).

Les récepteurs : le Saint Graal du traçage d’avions

Plus de récepteurs signifient une couverture plus complète du globe. Pour garder son avance sur la concurrence, Flightradar souhaite développer une couverture spatiale ainsi que de l’océan, à l’aide de bouées. De plus, la société, qui cherche toujours des particuliers volontaires situés dans les zones peu couvertes par son réseau, distribue gratuitement 30 à 40 récepteurs ADS-B toutes les semaines.

Alternative : tracer les navires

mt_map_035

Le succès que connaissent ces applications se propage depuis quelques années aux navires. Il vous est donc possible de suivre tout bateau en mer (fiche technique, itinéraire, vitesse…) via l’application Ship Finder (iOS) de Pinkfroot, très complète et à la classification très affinée, ou la réputée : Marine Traffic Ships & Wind (iOS, Android, Windows Phone, Amazon), l’app de référence sur le marché, développée par l’équipe de Marine Traffic et dont les données sont aussi consultables gratuitement sur leur site web.

Dans le cas des navires, les données sont compilées à partir des stations côtières et de satellites assurant le relais pour les bateaux en plein océan.

Ludwig

Plaats reactie

radar-avions-et-bateaux-en-direct-et-en-ralit-augmente